Réussir ses premiers investissements en tant qu’entrepreneur

Réussir ses premiers investissements en tant qu’entrepreneur

L’euro a officiellement lancé le renouveau de notre économie. Vingt ans après, la monnaie unique européenne s’affiche comme la seconde monnaie sur les marchés financiers. Laisser dormir son argent à la banque n’a aucun intérêt. L’heure est donc à l’investissement !

Il peut sembler difficile de savoir comment bien investir et placer son argent. Penser sur du long terme en gérant bien son argent est la clé du succès de tout bon entrepreneur. L’investissement d’un entrepreneur doit donc rester avant tout un projet de gestion mûrement réfléchi et bien préparé, tant sur le point monétaire que mental.

Le Blog de l’Entrepreneur vous donne toutes les ficelles pour réussir votre investissement en tant qu’entrepreneur !

Comment augmenter la valeur de votre entreprise grâce à l’investissement

Le succès dépend de la capacité à s’adapter, du dosage entre prudence et prise de risque. L’investissement d’entrepreneur judicieusement pensé permet de créer ou d’augmenter la valeur de son entreprise de façon durable et significative. Mieux vaut donc commencer progressivement et se lancer dans de petits investissements.

Vous êtes un jeune entrepreneur ? Commencez par investir en bourse. La diversité inépuisable du marché boursier permet d’investir prudemment des parts dans des sociétés prometteuses. À long terme vous pourrez générer un bénéfice et augmenter ou diversifier progressivement vos investissements. Les plus frileux pourront même faire appel à un courtier en bourse pour gérer leur patrimoine boursier. L’entrepreneur affirmé pourra quant à lui investir par exemple dans des biens concrets, pour gonfler son patrimoine ou se lancer dans la gestion locative.

Votre investissement en tant qu’entrepreneur : des solutions pour bien investir

Pour réussir, il importe de suivre quelques règles pour limiter les risques :

Définir ses objectifs :

S’agit-il d’un placement à long terme ? D’une volonté d’optimiser sa fiscalité ? De soutenir une petite entreprise locale ? Il importe de poser les bases de l’investissement en se posant les bonnes questions. Délimiter le montant, la rentabilité souhaitée ainsi que la durée de l’investissement font également partie des objectifs à fixer.

 Connaître le marché :

Le marché est en constante évolution. S’engager à l’aveuglette est un risque considérable. Un investissement intéressant aujourd’hui peut ne plus l’être demain. Il importe donc de bien se renseigner pour mesurer les risques et rester bien informé.

Diversifier ses investissements :

C’est bien connu : placer toutes ses billes dans le même panier est beaucoup moins judicieux que les répartir à plusieurs endroits. Offrez-vous la possibilité de transférer les investissements peu fructueux vers les investissements les plus intéressants !

SCPI, SCI et LMNP, des options intéressantes

La SCPI, ou Société Civile de Placement dans l’Immobilier :

Cette option est un moyen intéressant qui permet à tout entrepreneur d’investir son argent, en général une petite somme, dans l’immobilier. Le montant est investi dans un parc immobilier et permet à l’investisseur de percevoir un revenu régulier. Le capital est valorisé, l’investissement bien réparti et aucune gestion n’est requise.

Investir dans une SCPI peut se faire en direct ou par l’intermédiaire d’une SCI. Bien que les deux sociétés se ressemblent fortement en de nombreux points, la SCPI a cet avantage d’offrir des bénéfices réguliers et des solutions clés en main à moindre risque.

La SCI, plus flexible, est à privilégier lors d’une transmission de patrimoine.

Les LMNP, ou Locations en Meublé Non Professionnel :

Il s’agit d’un investissement dans un bien immobilier destiné à la location, le plus souvent pour une entreprise de services.

Ces entrepreneurs qui ont réussi grâce à l’investissement…

…. et à leur vision !

Bill Gates (Microsoft)

Steve Jobs (Apple)

Larry Page et Serge Brin (Google)

Elon Musk (Space X)

Comment concilier vie de famille et entrepreneuriat ?

Comment concilier vie de famille et entrepreneuriat ?

Devenir entrepreneur·e et avoir une famille ne sont pas incompatibles. Cependant, il faut tout de même se préparer à quelques bouleversements, car vous ne pourrez pas accorder autant de temps qu’auparavant à votre foyer. Dans cet article, vous allez voir comment concilier vie de famille et entrepreneuriat.

Soyez sûr·e de vouloir vous lancer

Avant d’entreprendre et de vous demander comment vous allez concilier vie de famille et entrepreneuriat, il faut que vous soyez certain de votre décision. Demandez-vous si vous êtes prêt à passer beaucoup de temps sur votre projet : en moyenne, un entrepreneur passe 58 heures par semaine à travailler. Êtes-vous préparé·e à changer votre routine ?

Ne négligez pas non plus l’aspect financier : en démarrant votre propre activité, vous devez être prêt à perdre de l’argent, car se rémunérer en tant qu’entrepreneur·e n’est pas chose facile, ni rapide. Cette nouvelle vie comporte donc beaucoup d’aspects stressants : ne pas toucher sa paie à chaque fin de mois, tenir les délais, gérer l’administratif, les projets, l’équipe? Votre décision doit être réfléchie, et ne pas avoir été prise sur un coup de tête !

Toujours garder une place pour votre famille

Votre vie de famille sera forcément impactée par votre nouvelle vie professionnelle. Ça n’est pas pour autant que vous devez lui dire adieu et vous préparez à vivre seul·e pour le restant de vos jours. De nombreux·ses entrepreneur·es sont marié·es, et ont des enfants ! Bien que votre emploi du temps puisse être bien rempli, il va falloir garder de la place pour votre famille. La tentation de travailler très tôt jusqu’à très tard est plus qu’irrésistible, surtout quand le projet avance. Mais si c’est en dépit de votre vie privée, le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Tenez un conseil de famille et expliquez les changements à venir à vos enfants. Parlez-leur du fait que votre projet vous tienne à coeur, ils vous soutiendront et seront fiers de vous ! Idem pour votre conjoint·e. Parlez ensemble des sacrifices que cela engendre, et de cette opportunité qui se présente à vous. Mettre tout le monde au courant évitera des tensions inutiles au sein de votre famille.

Un mot en or : organisation

Vous avez démarré votre entreprise et tout se passe comme prévu : vous avez du mal à concilier vie de famille et entrepreneuriat. Pas de panique, c’est tout à fait normal. La prochaine astuce va vous sauver la mise, car sans une certaine organisation, tout peut très vite tourner au cauchemar. Si vous êtes du genre désordonné·e, il va falloir changer ça. Votre agenda va devenir votre meilleur ami.

Sur support papier ou électronique, habituez-vous à planifier vos journées, tant au niveau professionnel que privé. C’est la clé de votre épanouissement sur tous les tableaux ! Si vous ne notez pas vos activités sur un calendrier, vous vous laisserez aller dans vos projets sans but précis de temps. Alors qu’en notant tout, vous vous tiendrez plus facilement à vos résolutions. Soyez rigoureux·se en respectant à la lettre vos engagements, et tout se passera pour le mieux.

Il n’existe pas de formule magique pour parvenir à gérer à la perfection la vie de famille et la vie d’entrepreneur·e et c’est au fil du temps que vous saurez gérer au mieux la situation. Suivez ces conseils et misez sur l’organisation de vos journées pour allier ces deux points essentiels de votre vie.

Qu’est-ce que le slow business ?

Qu’est-ce que le slow business ?

Le verbe slow (ralentir) se conjugue chaque jour avec davantage de domaines. Parentalité, nutrition, vie privée, la slow life promeut une meilleure qualité d’existence. La vie lente multiplie ses émules avides de bien-être. Pour la mettre en action, il suffirait de repenser son quotidien et de prendre le temps d’apprécier chaque moment. Ce concept atteint désormais le monde professionnel. Qu’en est-il du travail lent c’est-à-dire du slow business ?

Instaurer un équilibre professionnel

Fatigue, stress voire burn out sont les maux qui affligent et effraient les travailleurs. Dirigeants ou employés, ils subissent le rythme infernal imposé par une société et une économie glorifiant la rapidité. Rentabilité, communication accélérée assujettissent les professionnels.

En réaction à cette frénésie ambiante, une pensée divergente est née. Des entrepreneurs à contre-courant défient la vitesse des organisations qu’ils créent ou accompagnent. Loin de prôner une lenteur à toute épreuve, le slow business invite à la réflexion. Il s’attaque aux rythmes imposés. Inventer de nouveaux repères temporels est la clé du travail mesuré. Patience et endurance remplacent frénésie et course contre la montre.

Concrètement, le plus rapide ne garantit pas le meilleur résultat. Prendre du recul offre l’occasion d’agir de manière plus pertinente. Et cela peut faire la différence. Trouver un nouvel équilibre professionnel correspond à accepter les périodes de latence. Elles sont alors mises au service de moments plus productifs.

Gérer le temps de travail

Mieux gérer son temps de travail pour une vie plus équilibrée. Guider ses équipes en slow business dans le but d’une plus grande efficacité. Voici le nouvel art de vivre en entreprise. L’alternance de réactivité et de décélération permet alors d’atteindre la performance optimale.

Mis en oeuvre en entreprise, le slow business décompose le planning en blocs temporels. Il faut éliminer l’aspect toxique des interruptions répétées. Réseaux sociaux, mails et appels nuisent à la concentration tandis que s’atteler à une fonction précise pour un temps donné soulage la pression mentale.

Unir bien-être et performance

Le slow business accorde aux employés la gestion autonome de leur temps de travail. Les évaluations ne reposent plus sur le quota horaire de présence. Finies les heures supplémentaires vues comme un investissement flatteur du salarié. Seul les résultats comptent.

Ne pas oeuvrer moins mais mieux. Inspirée des pays anglo-saxons, la démarche du travail conscient fait de plus en plus d’émules en France. Aligner les heures d’arrivée au bureau des salariés avec leur rythmes biologiques ou opter pour l’agenda entièrement individualisé. Telles sont les applications concrètes du slow business.

La responsabilisation des collaborateurs contribue à la productivité de la société. Limiter les réunions au profit du temps de discernement avant l’action satisfait les entrepreneurs.

Apporter une éthique professionnelle

Axé sur le bien-être au travail, le slow business se manifeste par de nombreuses initiatives de la part des dirigeants. Certains autorisent la sieste en milieu de journée. La méditation moins prisée qu’aux Etats-Unis commence à franchir les portes des sociétés françaises. Monter une crèche d’entreprise ou installer une salle de sport semblent appréciés par les salariés.

Mieux dans leurs corps, dans leurs têtes, les collaborateurs sont plus à même de mener leurs tâches à bien. Plus concentrés, ils sont efficaces. Tout le monde s’avère alors gagnant.

Porteur d’une éthique professionnelle, le slow business met en pratique une gestion du temps nouvelle. Il inclut le salarié au coeur de l’activité. Ce sont tous les principes du management qui évoluent.

Sécurité des données : la marche à suivre pour une bonne sauvegarde externalisée

Sécurité des données : la marche à suivre pour une bonne sauvegarde externalisée

Préserver des données est essentiel, que ce soit pour une entreprise ou pour un particulier. Puisqu’il s’agisse souvent des informations personnelles et sensibles, ces données nécessitent une sécurisation. Il existe plusieurs manières de protéger ses données. Alors, quelle est la marche à suivre pour une bonne sauvegarde externalisée ?

La sauvegarde informatique, ce qu’il faut savoir

La sauvegarde informatique, ou backup en anglais, est une opération au cours de laquelle on archive et on duplique les données. Ce système de préservation de fichier est utilisé pour sécuriser et restaurer les informations en cas de perte ou de détérioration. On distingue actuellement plusieurs manières de conserver ses données, en local ou en externe grâce à des logiciels et des prestataires de sauvegarde en ligne.

Ainsi, conserver ses fichiers vous garantit contre les risques et les incidents imprévus. Voici les accidents inattendus qui causent la perte des informations :

  • le risque de mauvaise manipulation d’un ordinateur ;
  • le vol ;
  • la destruction des fichiers par un virus ;
  • la détérioration du disque dur ;
  • le piratage informatique ;
  • les interruptions ;
  • l’arrêt du matériel suite à une surtension.

En cas de pertes de données, il est obligatoire de faire une signalisation à la CNIL (Conseil National de l’Informatique et des Libertés) selon la loi conforme depuis 2018.

Les instructions pour sauvegarder des données externalisées

Confier ses données à un prestataire externe pour la sauvegarde de ses informations est une méthode incontournable qui est adaptée pour la plupart des entreprises. En effet, il s’agit d’une solution présentant plusieurs avantages du fait de sa rapidité et de sa simplicité. Le principe de cette sauvegarde est de copier les fichiers sur un serveur à distance. La collecte et le stockage de l’information sont automatisés, c’est-à-dire qu’il y a une synchronisation quotidienne entre le serveur externe et l’ordinateur. Avant tout, il faut savoir que les données sont codées avant de transiter sur Internet pour être finalement hébergé sur le serveur du prestataire.

Afin d’éviter toute perte d’informations sensibles, faire des sauvegardes externes est une solution pratique. De ce fait, il faut connaître les avantages d’un serveur externalisé pour une bonne sauvegarde :

  • Aucun risque de défaillance matérielle ;
  • Données cryptées ;
  • Accessibilité rapide et à distance ;
  • Forfaits avec des coûts abordables ;
  • Stockage illimité ;
  • Serveur fiable.

Un serveur externalisé pour assurer vos données, Neyrial

Neyrial Informatique est une entreprise spécialisée dans la sauvegarde externalisée, en offrant une prestation avec plus de 300 serveurs. La nécessité de sauvegarder les données est maintenant primordiale de nos jours. Bien qu’il existe plusieurs techniques de stockage, l’hébergement des informations sur un serveur externe est la méthode la plus sécurisée. L’entreprise Neyrial offre une solution de double sauvegarde, en tenant compte du suivi des fichiers chaque jour ainsi que la fonction de restaurer les informations.

Forte de son expérience dans ce domaine, Neyrial, la solution de sauvegarde externalisée, propose un service sur-mesure en sauvegardant non seulement les données, mais l’ensemble du système entier. L’avantage est qu’en cas d’incident, le système d’exploitation des ordinateurs sera restauré sans la réinstallation des logiciels de base pour la lecture des données.

Chaque année, l’entreprise fait découvrir un « crash-test » aux clients. Cette pratique consiste à exécuter des tests de panne informatique afin de valoriser leur service de sauvegarde. La capacité d’informations traitées et le temps de restauration sont pris en compte dans le but de prouver l’efficacité de la solution.

La protection des informations personnelles est indispensable pour tous ceux qui possèdent des données délicates. Afin d’avoir une bonne sauvegarde, il est astucieux de se confier à une société spécialisée. On a constaté que les prestations des serveurs externalisés présentent différents avantages pour stocker et protéger les informations.

Comment protéger une innovation ?

Comment protéger une innovation ?

La confusion entourant la manière de protéger les idées et les innovations est répandue parmi les entreprises. Beaucoup ne comprennent pas les protections juridiques de base disponibles.

Les outils juridiques essentiels à la protection des idées sont les brevets, les marques de commerce, les droits d’auteur et les lois sur la concurrence déloyale.

Les brevets

Un brevet est un droit accordé par le gouvernement dans le but d’empêcher d’autres parties de fabriquer, de vendre ou d’utiliser votre invention, qu’il s’agisse d’un produit, d’une méthode, d’un appareil, d’une composition de matières ou d’un programme informatique. Pour pouvoir prétendre à ce droit, une personne doit déposer une demande décrivant l’invention auprès de l’Office des brevets et des marques. 

Après avoir déterminé que l’invention est nouvelle, elle pourra bénéficier d’un brevet. Les droits exclusifs, c’est-à-dire le droit de poursuivre en justice pour empêcher des tiers d’utiliser votre invention et de percevoir des dommages-intérêts pour utilisation non autorisée, ne commencent pas tant que le brevet n’a pas été délivré.

Les marques de commerce

Une marque est un mot, une phrase ou un symbole qui identifie votre produit ou service sur le marché. Les aspects d’un produit pouvant prétendre à la protection de la marque incluent: la forme, la couleur ou le motif ornemental et les phrases accrocheuses. Pour établir la propriété d’une marque, vous devez d’abord l’utiliser dans une vente commerciale des produits ou des services. 

Ensuite, vous devez déposer rapidement une demande d’enregistrement de la marque auprès de l’Office des brevets et des marques. Une fois que l’office a déterminé que la marque n’était pas semblable à une marque enregistrée antérieurement, il délivrera l’enregistrement officiel.

Les droits d’auteur

Un droit d’auteur empêche la copie de tout écrit, d’œuvre d’art ou de programme informatique. La propriété d’une œuvre existe automatiquement dès lors que l’œuvre est réduite à une forme tangible. 

Toutefois, cette propriété peut être perdue si l’œuvre est rendue publique sans « notification » appropriée, qui comprend le symbole (c), l’année de la première publication publique et le nom du propriétaire de l’œuvre. Avant ou après la publication, un droit d’auteur peut être enregistré au niveau fédéral en déposant une demande auprès organismes responsables.

Les lois de concurrence déloyale

Outre les protections accordées par la loi, à savoir les brevets, les marques de commerce et les droits d’auteur, la législation sur la concurrence déloyale en matière d’habillage commercial permet également de protéger une innovation. Le terme « habillage commercial » se réfère à la manière distinctive dont les produits sont « habillés » avec, par exemple, des étiquettes, un design d’emballage ou des couleurs. 

Ces lois protègent contre la copie non autorisée d’emballages ou de conceptions de produits ornementales et distinctives. Ces droits existent automatiquement, sans qu’aucune demande ne soit déposée, dès qu’une reconnaissance publique est apparue.

Pourquoi faire appel à un consultant en stratégie ?

Pourquoi faire appel à un consultant en stratégie ?

Plusieurs raisons peuvent amener une entreprise à faire intervenir un consultant en stratégie. Il peut s’agir d’un manque de personnel qualifié pour résoudre un problème spécifique. Ce dernier peut être une situation d’urgence qui ne peut être confiée aux employés.

Concrètement, la mission d’un consultant consiste à trouver des solutions à des circonstances difficiles à gérer. Entre autres, ce professionnel a la capacité d’élaborer un plan de gestion des compétences et des ressources humaines. En cas de diminution des ventes, il peut établir une stratégie pour optimiser les opérations marketing. 

Un consultant en stratégie est sollicité pour une mission complexe

De nombreuses entreprises sollicitent l’intervention d’un consultant en stratégie quand elles font face à des difficultés. Celles-ci peuvent être des problèmes externes susceptibles d’impacter l’image de l’organisation. Pour les dirigeants, faire appel à ce professionnel est primordial pour ne pas se laisser dépasser par les événements. 

La mission d’un consultant en stratégie est souvent assimilée à celle d’un manager de transition. Elle est, cependant, beaucoup plus complexe. En effet, un consultant doit maîtriser les différents aspects de la stratégie. Des techniques marketings en passant par la politique de l’entreprise, au profil de la clientèle cible… il doit mettre en disposition ses expériences et ses savoir-faire.

Ce professionnel doit, également, connaître les relations entre les différents services internes, mais aussi externes. En principe, il est salarié dans un prestataire de services. Ce dernier le propose auprès d’une entité mandataire pour une durée limitée. Dès son arrivée, le consultant doit s’adapter aux particularités de ses clients. Enfin, une grande pression pèse sur ses épaules, car il est souvent le dernier recours lorsqu’une entreprise traverse une difficulté. Dès son arrivée, le consultant doit s’adapter aux particularités de ses clients.

Enfin, une grande pression pèse sur ses épaules, car il est souvent le dernier recours lorsqu’une entreprise traverse une difficulté. 

Des similitudes entre un consultant en stratégie et un manager de transition

Le statut que tienne un consultant dans une entreprise est le même que celui d’un spécialiste en management transition. Les deux professionnels sont, en effet, des intervenants externes sollicités pour apporter des solutions à des problématiques données. Ils mettent à disposition de leur mandataire une expertise objective grâce à des compétences accrues.

En outre, consultant et manager ont la capacité d’aborder les difficultés rencontrées par une entreprise de manière globale. En effet, ils sont également en mesure de considérer les impératifs financiers, humains, et bien sûr, managériaux.

Les deux professionnels ont une mission capitale qui est d’accompagner le changement au sein d’une entité. À cela s’ajoute l’atteinte des objectifs fixés. En ce sens, l’action des deux spécialistes présente une grande similarité. La seule différence réside dans les modalités d’intervention.

Un consultant a un rôle de conseiller au sein d’une entreprise

Comme un expert en management transition, un consultant en stratégie a une connaissance pointue de la vie d’entreprise. Il peut être, donc amener à donner des conseils sur différents plans. Entre autres, ce professionnel est en mesure de fournir des conseils en gestion de projet.

Il est également capable d’apporter de l’expertise sur un métier spécifique en réponse à un problème précis. 

Pin It on Pinterest