Comment changer de comptable facilement ?

Comment changer de comptable facilement ?

Comment quitter un professionnel de la comptabilité au profit d’un autre sans difficulté ? Nous vous expliquons comment changer de comptable facilement.

Parfois nécessaire, changer de comptable peut sembler risquer. Selon l’adage, on sait ce que l’on quitte, on est moins sûr de ce que l’on trouve. La pression s’installe lorsqu’il s’agit de l’exercice comptable de son entreprise. Quelles que soient les raisons qui orientent votre choix, la démarche s’avère pourtant facile. Bien choisir la période de transfert entre l’ancien et le nouveau collaborateur rend la transition sécurisée. Alors, comment quitter un professionnel de la comptabilité au profit d’un autre sans difficulté ?‍

La démarche pour accueillir un nouveau comptable

La rencontre avec votre nouveau comptable est le préalable à toute démarche de changement de partenaire. Premièrement, parce qu’ainsi vous aurez une vue précise sur les compétences et les disponibilités de votre nouveau collaborateur. Ensuite, parce que trouver un comptable en amont vous soulage de certaines formalités.

Le nouveau comptable de votre entreprise prend contact avec son prédécesseur. Un nouvel expert doit obligatoirement informer l’occupant du poste de son intervention. La lettre de reprise transmise par le futur expert à l’ancien est un préalable incontournable au début effectif de sa mission.

À l’inverse, le comptable en place a l’obligation de transmettre tous les documents en sa possession soit à son successeur soit à son client. Il doit faciliter la reprise des dossiers. Tout manquement à ce code déontologique constitue une rétention de documents comptables qui peut se retourner contre lui.

La procédure légale pour quitter son expert-comptable

Reprendre connaissance de la lettre de mission signée avec votre professionnel actuel vous rappelle les conditions fixées au début de votre collaboration. Ce contrat commercial régit vos accords et vous évite de commettre un impair. De la même façon, il vous prémunit contre des réclamations financières émanant de votre ancien collaborateur. Vous devez y trouver les modalités de rupture clairement stipulées.

Pour respecter les dispositions légales, rédiger une lettre de fin de mission à votre expert actuel. Envoyé en lettre recommandée avec accusé de réception, ce courrier justifie de votre respect des délais et des procédures. Récapitulant votre souhait ainsi que les dates définies entre les deux parties, ce document ne présente pas vos raisons. Vous n’avez jamais à justifier de vos motivations à l’origine de votre volonté de quitter votre comptable.

La meilleure période pour changer de comptable

La période la plus propice pour changer de cabinet comptable se situe trois mois avant la fin de votre exercice comptable. La plupart des experts propose d’ailleurs un préavis d’un trimestre avant la clôture annuelle. Par exemple, pour une fin d’exercice au 31 décembre, vous devez avertir votre comptable de vos intentions au plus tard le 30 septembre. La bascule entre vos collaborateurs est ainsi plus aisée. Le respect de cette période vous évite aussi de subir des indemnités qui pourraient vous être demandées en cas de rupture d’accord en cours d’exercice.

Soyez à jour de vos honoraires afin de rendre la séparation effective plus rapide et sans différend. Ils doivent être réglés avant la signature du contrat avec le nouvel expert. En cas de litige, vous pouvez contacter la commission du Conseil de l’Ordre des experts-comptables dont dépend votre collaborateur. Toutefois, si vous veillez au respect du préavis et aux règlements des honoraires, ce recours n’a le plus souvent pas lieu d’être. Changer d’expert-comptable se révèle facile et sans mauvaise surprise.

Financez votre blog grâce à notre programme d’affiliation

Financez votre blog grâce à notre programme d’affiliation

Connaissez-vous l’affiliation ? C’est un dispositif marketing qui permet de gagner de l’argent en déclenchant des ventes ou des clics depuis votre blog, vos réseaux sociaux, vos newsletters etc …

Beaucoup de blogueurs ou influenceurs gagnent leurs vies comme cela, et c’est d’autant plus vrai dans le milieu entrepreneurial.

Avec Sinao, nous venons de lancer notre programme d’affiliation. C’est l’occasion de vous faire un petit topo sur l’affiliation, comment ça marche et pourquoi c’est super chouette !

L’affiliation qu’est-ce que c’est ?

L’affiliation est un système qui permet à quelqu’un qui a une audience de gagner de l’argent en faisant connaitre ou en recommandant des produits ou des services. Pour cela, le blogueur s’inscrit sur une plateforme d’affiliation (gratuitement) et utilise les liens personnalisés ou les bannières qui lui sont mises à disposition. Ces liens permettent de suivre le chemin du potentiel client et le blogueur est rémunéré selon les règles qui ont été définies par l’annonceur (la marque ou le magasin).

Il y a plusieurs types de rémunération :

  • au CPC (coût par clic) : C’est le montant que vous gagnez à chaque fois qu’un visiteur clique sur la publicité présente sur votre site.
  • au CPL (coût par lead) : C’est le montant que vous gagnez par visiteur redirigé via une publicité qui entreprendre une action déterminée au préalable entre vous et votre affilié. Par exemple, le fait d’effectuer d’inscrire quelque part ou de remplir un formulaire.
  • CPV (coût par vente) : C’est le montant que vous gagnez à chaque fois qu’un visiteur effectue un achat sur le site de l’annonceur. Vous pouvez soit être payer au pourcentage du prix de vente, soit avec un montant fixe par vente.
Résultat de recherche d'images pour "affiliation""
(source)

Comment fonctionne notre programme d’affiliation ?

Nous proposons une rémunération de 3€ vous engendrez un nouvel inscrit à la version d’essai (CPL) et une rémunération de 40€ pour toute suscription à un abonnement (CPV).

Pour cela rien de plus simple, il suffit de s’inscrire gratuitement ici : https://sinao.tapfiliate.com/

Puis vous pouvez parler de Sinao sur votre blog / site, soit sous forme d’un article, soit lors d’un comparatif de logiciels par exemple, soit faire une allusion dans un de vos articles déjà existants. Seule contrainte : utiliser votre lien personnalisé d’affiliation pour que l’on puisse suivre d’où proviennent les ventes.

Ensuite, la rémunération est automatique !

Pourquoi c’est cool l’affiliation ?

Parce que c’est un excellent moyen de monétiser votre activité très facilement. En effet, lorsque le dispositif est en place, vous n’avez rien d’autre à faire que d’attendre votre virement mensuel. Si en plus vous êtes top sur le SEO alors vous n’avez rien à faire de plus.

Notre rémunération est avantageuse alors n’hésitez pas à la tester.

Pour toute demande d’informations complémentaires ou si vous avez des questions, vous pouvez me contacter à margot(at)sinao.fr

Faut-il accepter tout le monde sur linkedIn ?

Faut-il accepter tout le monde sur linkedIn ?

Réseau professionnel incontournable, LinkedIn permet à ses membres de créer et solidifier son network. Si vous débutez sur la plateforme, vous vous demandez sûrement comment tirer le meilleur de son utilisation. Faut-il accepter tout le monde sur LinkedIn et agrandir son réseau à tout prix ? Faut-il au contraire n’accepter que de vraies connaissances ?

Tous nos conseils pour bien choisir vos connexions sur LinkedIn !

Définir ses objectifs sur LinkedIn

Pour savoir quelles invitations LinkedIn accepter, il vous faut avant tout connaître vos objectifs de carrière.

Et pour cela, il faut vous poser les bonnes questions. Quel chemin professionnel voulez-vous suivre ? En quoi LinkedIn peut-il vous aider ? Quels profils sont potentiellement utiles à votre évolution ?

En répondant à ces questions, vous allez définir une ligne directrice dans la constitution de votre réseau.

Avec un regard aguerri, vous sélectionnerez plus rapidement les informations pertinentes des profils qui vous ont demandé.

Poste, entreprise, secteur, âge, situation géographique… Tous les paramètres peuvent s’avérer pertinents, selon vos objectifs.

Tisser son réseau, un équilibre à trouver

Plus de 500 millions de professionnels utilisent LinkedIn pour constituer et entretenir leur réseau. Les demandes d’ajout se font nombreuses sur cette plateforme incontournable. Il vous est sûrement déjà arrivé de recevoir une demande d’une personne que vous ne connaissiez absolument pas. Son profil intéressant peut vous inciter à l’accepter. Mais est-ce la bonne chose à faire ? Ou cela risquerait-il de décrédibiliser votre profil ?

Il existe deux grands courants de réponse :

– Soit vous décidez de n’accepter que des personnes rencontrées dans la vraie vie, et de refuser les autres ;

– Soit vous décidez d’accepter tout le monde sur LinkedIn pour agrandir votre réseau rapidement, quitte à perdre en qualité.

L’idéal, vous vous en doutez, est de trouver l’équilibre entre les deux. Savoir quand accepter ou quand refuser une demande de connexion vous permettra de tisser un réseau utile, cohérent et crédible aux yeux de vos clients ou partenaires potentiels.

Saisir les opportunités en acceptant des inconnus

Quelqu’un avec qui vous avez travaillé ou discuté lors d’un événement sera plus à même de vous aider. Mais il serait dommage de vous limiter à ces personnes rencontrées en vrai ! Vous pouvez tout à fait tirer parti de relations entièrement digitales. Pour vous faire connaître, pour recevoir des retours d’expérience, pour vous faire recommander, etc.

Gardez en tête que vous pouvez tisser des liens solides à distance, qui se montreront indispensables lorsque vous aurez besoin de soutien.

Rester sélectif pour éviter la sur-connexion

Si vous débutez sur LinkedIn, il peut être pertinent d’accepter toutes les demandes pour atteindre un nombre de connexions raisonnable rapidement. En effet, un profil ayant moins de 100 voire 150 connexions peut paraître douteux et vous empêcher de tirer le meilleur de la plateforme.

À l’inverse, avoir trop de connexions, sans aucune cohérence, peut nuire à votre réputation. Sur LinkedIn, il n’est pas seulement question de quantité, mais aussi de qualité.

En acceptant tout le monde sans distinction, vous risquez non seulement de perdre en crédibilité, mais aussi d’embrouiller vos cibles. Un réseau mêlant une multitude de secteurs d’activité ou de postes pourrait renvoyer un message erroné.

Savoir quand accepter ou refuser une demande LinkedIn

Lorsque vous tissez votre réseau, veillez à ce qu’il reste en phase avec vos objectifs. Votre réseau peut vous servir à étendre votre audience, gagner en visibilité et en crédibilité, être recommandé, étudier le marché, etc. D’où l’importance de choisir des profils qui reflètent votre activité professionnelle et l’identité de votre société.

N’analysez pas chaque profil pour autant. Le but est de chercher l’efficacité, pas de perdre du temps.

Lorsque vous recevez une demande, parcourez rapidement le profil de son émetteur. Demandez-vous :

  • S’il est en phase avec votre activité et votre projet professionnel ?
  • Est-ce un potentiel client ?
  • Est-il susceptible de vous recommander ou d’interagir sur vos futures publications.
  • Peut-il s’avérer pertinent ou utile à court ou long terme.

Si vous répondez oui à l’une de ces questions, vous pouvez sereinement valider la demande de connexion.

Si aucun élément du profil ne vous interpelle, souvenez-vous que vous pouvez tout simplement refuser la demande.

L’élaboration de votre réseau ne doit pas être guidée par la peur de vexer, mais bien par vos besoins et vos valeurs.

En revanche, refusez les profils peu renseignés, sans photos ou avec très peu de connexions. Les faux profils existent aussi sur LinkedIn !

Vous pouvez aussi suivre Le blog de l’Entrepreneur sur LinkedIn 😃

Pensez également à survoler les interactions de l’utilisateur avec les publications des autres. Si vous ne voyez que des critiques négatives et peu constructives, des commentaires déplaisants ou du partage de contenus stériles, refusez tout simplement. Fuyez les connexions négatives ou vous perdrez en crédibilité.

Vous avez maintenant les cartes en mains et pouvez faire le choix d’accepter tout le monde sur LinkedIn, ou pas !

Entrepreneur, pourquoi devez-vous impérativement avoir un blog ?

Entrepreneur, pourquoi devez-vous impérativement avoir un blog ?

Vous venez de vous lancer dans entrepreneuriat. Félicitations ! 

Comme tout entrepreneur qui démarre une activité, vous vous demandez comment attirer les clients, développer votre image, faire parler de vous et faire fructifier votre entreprise. 

Il existe un moyen simple, rapide et peu coûteux de vous faire connaître. Avec un minimum d’investissement en terme de temps, vous pouvez optimiser votre communication, développer votre image et montrer votre savoir-faire. Il est primordial de créer votre blog. Ainsi, vous pouvez attirer clients et collaborateurs. Créer un blog ? Oui mais pourquoi ? 

Créer un blog pour vous rendre visible sur internet 

En créant un blog, vous créez immanquablement un trafic internet. Plus vous postez des articles, plus vous développez votre contenu et vos pages généreront un trafic naturel vers votre site. De ce fait, votre blog sera plus visible. Votre site internet est votre carte de visite virtuelle et travaillera automatiquement pour vous. En créant du contenu original qui se démarque, vous attirerez plus de visiteurs. 

Autant vous dire que votre contenu doit être construit, pertinent et diriger tactiquement vers une cible de potentiels clients et collaborateurs. Les moteurs de recherche sont capables par votre flux de posts publiés, de vous classer parmi les premières pages. Plus vous aurez de visiteurs, plus les moteurs de recherche placeront votre site en pole position. 

La création de site web ou de blog doit être entretenu hebdomadairement afin de toujours garder en éveil vos lecteurs pour ne pas sombrer dans un site rarement mis à jour, sans véritable entretien ce qui causera un flux moindre et par conséquent touchera peu de nouveaux lecteurs et internautes.

Veillez à poster du contenu de qualité en insérant des sujets pertinents et des mots-clés choisis avec stratégie. 

Avoir un blog afin d’attirer des nouveaux clients

Le site web ou le blog permet de viser plusieurs objectifs tous portant le même but final : 

Exposer votre savoir Proposer vos produits Définir vos services Gagner en visibilité Toucher plus de prospects Permettre de vous contacter rapidement. 

Les leads ou autrement dit les potentiels contacts ne sont pas forcément générer par l’augmentation du nombre de visites sur votre blog. Cela dit, augmenter son trafic tout en ciblant sa stratégie marketing dans son blog implique que votre page soit indexée sur les moteurs de recherche. 

C’est en créant des articles incluant des mots clés répertoriés par les moteurs de recherches de par les recherches elles-mêmes réalisées par les utilisateurs que votre blog affichera une nouvelle position chaque fois que vous posterez un nouvel article. 

Générez du trafic passe sans aucun doute par les posts réguliers sur votre blog. 

En insérant dans votre page web un lien « Call to Action », vous incitez vos visiteurs à cliquer sur ce bouton qui les dirigera sur une autre page, pour s’inscrire, acheter un produit, visiter vos locaux… Le Call to Action est un outil de marketing important qu’il ne faut pas négliger. Il augmente vos chances de convertir vos clics visiteurs en trafic générer et donc en prospects. Inviter vos visiteurs à laisser leurs coordonnées ou une adresse mail, est une première étape vers une vente ultérieure.

La meilleure des stratégies est de trouver l’équilibre entre le contenu informatif et celui incitants à visiter vos propositions commerciales. 

Créer un blog pour avoir du contenu à partager sur les réseaux sociaux ou par mail 

En écrivant sur votre blog, vous créez une audience qui ne vous connaît pas et ne connaît pas votre entreprise. 

En postant de nouveaux articles, vous avez la possibilité de traiter de sujets différents tout en gardant une certaine cohérence avec votre activité. 

Vous pouvez donc vous adresser à une cible plus grande. Par exemple, si vous avez une entreprise de chauffeurs privés, vous pouvez poster un article sur les lieux à visiter dans votre région. Ainsi, les internautes qui recherchent des informations sur les contenus liées au tourisme pourront découvrir votre site. 

MacBook Pro near white open book

Avoir un blog pour donner un aperçu de votre travail (book, compétences d’analyse, rédactionnelle …) 

En créant un blog professionnel vous devez garder en objectifs les questions fondamentales de vos internautes et d’y répondre. 

La mise en place de votre blog doit être rigoureuse, professionnelle et doit apparaître comme un blog reflétant l’expertise de votre entreprise. 

Le but du blog est essentiellement celui de répondre aux demandes de vos prospects. Vos clients potentiels doivent en un clin d’œil s’apercevoir de votre professionnalisme tout en gagnant leur confiance pour vous confier leur projet. 

Vous pouvez améliorer votre image de marque en rendant plus humain votre blog, faites inter-réagir vos collaborateurs en leur donnant la parole ; ils peuvent alors parler d’un service dont ils ont la gestion ou d’un produit dont ils connaissent les points forts. 

Une entreprise humaine est une entreprise qui attire la confiance et augmente son humanisme. Des qualités que collaborateurs et clients recherchent aujourd’hui.

Votre blog est un atout majeur pour améliorer votre image de marque. 

Créer un blog pour maintenir un lien avec vos prospects et clients 

Les articles de votre blog sont moins académiques et donne de par le ton utilisé dans la rédaction, une approche plus proche de l’entreprise vers ses clients. 

Le blog permet de créer un lien entre l’entreprise, le prospect, les clients et mêmes avec des éventuels partenaires. 

L’entreprise apporte son expertise sur une page internet et augmente son attractivité tout en suscitant la réflexion et l’engagement de votre audience. N’hésitez pas à installer l’option de vous laisser un commentaire, la possibilité de partager votre blog ou de rediriger les visiteurs vers vos pages de réseaux sociaux. 

En conclusion : pourquoi vous devez avoir un blog ?

La création d’un blog ne doit pas être négligée. Le blog est un levier essentiel au développement de votre entreprise. Il permet par une position de mots-clés de placer celui-ci parmi les premiers dans un moteur de recherche. La sémantique et la bonne utilisation des techniques de SEO permettent un référencement naturel. Sur le long terme, les articles de votre blog, s’ils sont postés régulièrement vous offre la possibilité d’obtenir un trafic durable et de qualité.

Son apparence et son design doivent être en cohérence avec les marchandises et services vendus. 

Il est important que les internautes puissent avoir la possibilité de vous joindre via un formulaire de contact ou d’être rediriger vers vos réseaux sociaux. 

Créer du contenu original en insérant des mots clés, mots les plus souvent rechercher pour répondre à la demande. 

Définissez votre style, votre thématique, votre ligne éditoriale et votre ton afin de permettre une approche naturelle tout en stratégie. 

Qu’est-ce que le portage salarial ?

Qu’est-ce que le portage salarial ?

Le portage salarial est un mode de travail pratiqué par les personnes exerçant une activité professionnelle indépendante. Sa particularité est qu’il permet de garder une couverture sociale en tant que salarié. Entre statut d’indépendant et de salarié, ce programme se traduit comme une nouvelle forme d’emploi. Mais, comment fonctionne-t-il vraiment ?

Comment définir le portage salarial ?

D’après l’ordonnance du 2 avril 2015, le portage salarial est composé d’une entreprise de portage, d’un salarié porté et d’une entité cliente. Chacune de ces trois grandes parties possède leur propre rôle :
• l’entreprise de portage salarial emploie le salarié et paye son salaire sous réserve de la signature d’un contrat de prestation commercial ; c’est elle qui facture la société cliente.
• le salarié porté effectue les missions qu’il prospecte lui-même et sur lesquelles il est totalement libre de négocier les termes du contrat ;
• la société cliente qui recourt aux services du salarié porté, est en relation directe avec l’entreprise de portage grâce à un contrat de prestation commercial. 

Le fonctionnement du portage salarial

Le portage salarial, pour qui et pour quel métier ?

En général, le portage salarial s’adresse à un salarié possédant une expertise, une autonomie et une qualification le rendant apte à rechercher ses propres clients. Doté d’un savoir-faire dans le domaine de la négociation, le salarié porté est en mesure d’élaborer ses conditions, aussi bien pour ses prestations que son prix. En revanche, les services à la personne, les professions réglementées et les métiers impliquant des actes manuels ne sont pas compris dans les prestations éligibles par un contrat de portage salarial. 


De ce fait, les autres métiers à part ceux qui sont mentionnés ci-dessus peuvent bénéficier du portage salarial comme : la formation, l’information, le marketing, l’ingénierie, le coaching, l’immobilier, les ressources humaines, la santé, l’audit. Dans la majorité des cas, le portage salarial est plébiscité par les personnes en reconversion et en transition professionnelle. Les jeunes diplômés, les créateurs d’entreprises, les salariés, les cadres, les auto-entrepreneurs en quête d’une nouvelle aventure professionnelle ont recours au portage salarial.

Quelles sont les différences du portage salarial ?

Souvent confondu avec le statut d’intérim, le portage salarial est totalement différent. Comme il a été évoqué auparavant, le salarié porté recherche ses missions en toute autonomie. Quant à une société d’intérim, elle recueille la demande de poste et détermine le candidat apte à réaliser le travail. La grande différence réside aussi au niveau du lien de subordination. Pour le salarié porté, c’est l’entreprise de portage, tandis que l’intérimaire doit se plier à la demande du client. 


À la différence de l’entrepreneuriat, le portage salarial s’occupe des obligations comptables, administratives et juridiques du porté. L’entreprise de portage prend en charge la rédaction du contrat et la facturation des honoraires du porté durant ses missions. 

Au sujet du statut de micro-entreprise, la simplicité de la mise en œuvre est l’unique point en commun avec le portage salarial. Permettant à un actif de créer des revenus supplémentaires et de faire le test d’une nouvelle activité, une micro-entreprise est toutefois soumise au principe du plafond de chiffre d’affaires. Pour les prestataires de services, le montant est fixé à 70 000 euros, alors que le portage salarial ne possède aucune limite. De plus, le porté ouvre ses droits au chômage, cotise pour sa retraite et peut faire prendre en charge ses frais professionnels.

Lors d’un lancement d’activité, le choix du statut d’indépendant va donc se faire en fonction du métier exercé, des services attendus et des besoins financiers. Pour cela, le mieux est d’effectuer une simulation de salaire.

Coûts de l’énergie en hausse : quelles pistes de réduction de sa facture énergétique ?

Coûts de l’énergie en hausse : quelles pistes de réduction de sa facture énergétique ?

Les dépenses énergétiques liées au chauffage représentent 8% du budget des français. L’efficacité énergétique s’améliore, cette part a crû ces dernières années, notamment du fait de l’augmentation du prix des énergies.

Les ménages, mais aussi les artisans, les entrepreneurs, les exploitants chauffagistes, peuvent réduire ces dépenses via deux principaux leviers. Le premier consiste à réduire la quantité d’énergie consommée. Le second vise à choisir la source d’énergie la moins onéreuse.

Agir sur les quantités : identifier les gisements de réduction de consommation

Avant même d’entreprendre des travaux, il est possible d’améliorer la performance énergétique d’un bâtiment en agissant sur les usages. Le suivi en continu des données et de la température d’un bâtiment permettent d’identifier des pistes d’économies d’énergie.

Le suivi des consommations pour anticiper ses charges

Un mauvais réglage de la chaufferie peut être révélé grâce au suivi des données de consommation dans le temps, qui, en cas de dérive, indiquent une perte de performance de la chaudière.

Il est par ailleurs possible de simuler des réglages qui, croisés à des scénarios de rigueur de l’hiver, offrent des prédictions sur la saison de chauffe et donc une anticipation des charges énergétiques. A l’échelle d’un parc, le suivi de la consommation permet d’identifier en un coup d’oeil les bâtiments les plus énergivores.

Enfin, le suivi des données de consommation permet d’alimenter le calcul de l’intéressement d’éléments objectifs sur la consommation théorique et la consommation réelle. Les exploitants chauffagistes peuvent ainsi offrir plus de transparence à leurs clients. Ils peuvent eux-mêmes proposer la révision des contrats en cas d’écart entre la consommation théorique et la consommation réelle.

L’analyse des données de température pour optimiser les réglages du chauffage

En l’absence de dérives, il est possible de réduire sa consommation énergétique sur la base d’analyses de la température intérieure. En effet, 50% des logements dont les données de température intérieure sont suivies ont des températures supérieures à 22°. Or, une réduction d’un degré de chauffage permet, selon l’ADEME, de réduire sa consommation énergétique – et donc sa facture – de l’ordre de 7%. C’est également un moyen d’améliorer le confort des occupants, puisque les professionnels de santé préconisent une température de chauffe aux alentours de 19°.

Ces pistes d’économies d’énergie sont des solutions qui agissent sur les quantités et qui permettent d’économiser jusqu’à 20% d’énergie. Il est également possible de réduire sa facture énergétique en agissant sur les prix via une fourniture en énergie peu coûteuse.


Agir sur les prix : choisir l’énergie la moins coûteuse

Choisir l’énergie la moins chère implique d’être attentif aux prix actuels de cette énergie mais aussi à ses évolutions futures. Pour se chauffer, les principales sources d’énergie sont l’électricité, le gaz, le bois et le fioul.

Source : Sélectra,  https://selectra.info/energie/guides/comparatifs/electricite-gaz-bois-fioul-propane

Les grandes tendances sont à l’augmentation du prix de l’électricité. Le coût a augmenté de 42% en dix ans, en valeur nominale. Cette tendance risque de se poursuivre compte tenu des coûts futurs de la filière : allongement de la durée de vie des centrales nucléaires et coûts liés au déploiement des énergies renouvelables. L’électricité serait ainsi l’énergie la plus chère du marché. Bien que ce soit la plus utilisée dans les logements en location en raison de sa facilité d’installation.

Le gaz (propane et gaz naturel) a également vu son prix augmenter ces dernières années. Principalement parce qu’il est indexé sur celui du pétrole. Le prix du gaz payé par les particuliers se décompose entre un abonnement fixe, un prix au kWh – qui est variable et qui dépend de la consommation – et des taxes. Ainsi, un chauffage au gaz augmente le prix de l’abonnement. Mais, par rapport à un forfait pour l’eau chaude et la cuisson, réduit le prix au kWh.

Le chauffage au bois, une des sources d’énergie les plus écologiques. Il a vu son prix augmenter également, mais essentiellement du fait d’une hausse de la demande, notamment pour les granulés.

Enfin, si le prix du fioul a fortement augmenté au cours de la dernière décennie (de près de 100%), il faut également noter que la loi de transition énergétique prévoit l’arrêt de cette source d’énergie pour le chauffage individuel à horizon 2028.

Pour déterminer la source d’énergie la plus économe pour un logement ou des locaux, des comparateurs d’énergie tels que LeLynx.fr permettent d’optimiser les consommations. De même, des entreprises spécialisées dans l’analyse et le traitement des données du bâtiment, telles que Homeys, accompagnent dans l’identification des réglages à réaliser pour réduire sa consommation énergétique.

Pin It on Pinterest