Le portage salarial est un mode de travail pratiqué par les personnes exerçant une activité professionnelle indépendante. Sa particularité est qu’il permet de garder une couverture sociale en tant que salarié. Entre statut d’indépendant et de salarié, ce programme se traduit comme une nouvelle forme d’emploi. Mais, comment fonctionne-t-il vraiment ?

Comment définir le portage salarial ?

D’après l’ordonnance du 2 avril 2015, le portage salarial est composé d’une entreprise de portage, d’un salarié porté et d’une entité cliente. Chacune de ces trois grandes parties possède leur propre rôle :
• l’entreprise de portage salarial emploie le salarié et paye son salaire sous réserve de la signature d’un contrat de prestation commercial ; c’est elle qui facture la société cliente.
• le salarié porté effectue les missions qu’il prospecte lui-même et sur lesquelles il est totalement libre de négocier les termes du contrat ;
• la société cliente qui recourt aux services du salarié porté, est en relation directe avec l’entreprise de portage grâce à un contrat de prestation commercial. 

Le fonctionnement du portage salarial

Le portage salarial, pour qui et pour quel métier ?

En général, le portage salarial s’adresse à un salarié possédant une expertise, une autonomie et une qualification le rendant apte à rechercher ses propres clients. Doté d’un savoir-faire dans le domaine de la négociation, le salarié porté est en mesure d’élaborer ses conditions, aussi bien pour ses prestations que son prix. En revanche, les services à la personne, les professions réglementées et les métiers impliquant des actes manuels ne sont pas compris dans les prestations éligibles par un contrat de portage salarial. 


De ce fait, les autres métiers à part ceux qui sont mentionnés ci-dessus peuvent bénéficier du portage salarial comme : la formation, l’information, le marketing, l’ingénierie, le coaching, l’immobilier, les ressources humaines, la santé, l’audit. Dans la majorité des cas, le portage salarial est plébiscité par les personnes en reconversion et en transition professionnelle. Les jeunes diplômés, les créateurs d’entreprises, les salariés, les cadres, les auto-entrepreneurs en quête d’une nouvelle aventure professionnelle ont recours au portage salarial.

BON PLAN : Simplifiez votre gestion gratuitement avec Sinao

 

Si vous lancez votre entreprise, vous avez surement besoin d’éditer vos factures et de garder un oeil régulier sur vos dépenses. Nous avons la solution idéale, gratuite et innovante pour vous ! Sinao est un logiciel de gestion 100% en ligne qui va vous faire gagner beaucoup de temps et vous permettre de vous y retrouver facilement dans toutes vos démarches comptables. Commencez gratuitement dès maintenant !

 

Quelles sont les différences du portage salarial ?

Souvent confondu avec le statut d’intérim, le portage salarial est totalement différent. Comme il a été évoqué auparavant, le salarié porté recherche ses missions en toute autonomie. Quant à une société d’intérim, elle recueille la demande de poste et détermine le candidat apte à réaliser le travail. La grande différence réside aussi au niveau du lien de subordination. Pour le salarié porté, c’est l’entreprise de portage, tandis que l’intérimaire doit se plier à la demande du client. 


À la différence de l’entrepreneuriat, le portage salarial s’occupe des obligations comptables, administratives et juridiques du porté. L’entreprise de portage prend en charge la rédaction du contrat et la facturation des honoraires du porté durant ses missions. 

Au sujet du statut de micro-entreprise, la simplicité de la mise en œuvre est l’unique point en commun avec le portage salarial. Permettant à un actif de créer des revenus supplémentaires et de faire le test d’une nouvelle activité, une micro-entreprise est toutefois soumise au principe du plafond de chiffre d’affaires. Pour les prestataires de services, le montant est fixé à 70 000 euros, alors que le portage salarial ne possède aucune limite. De plus, le porté ouvre ses droits au chômage, cotise pour sa retraite et peut faire prendre en charge ses frais professionnels.

Lors d’un lancement d’activité, le choix du statut d’indépendant va donc se faire en fonction du métier exercé, des services attendus et des besoins financiers. Pour cela, le mieux est d’effectuer une simulation de salaire.

Pin It on Pinterest

Share This