La vie d’un entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille. Finie la vie de salarié où l’entreprise s’occupe de votre sécurité pour vous. 

En vrai aventurier des temps modernes vous allez être confrontés à des risques divers et variés. 

Bien entendu, si vous avez décidé d’entreprendre c’est que vous êtes assez casse-cou pour aller au-devant du risque et vous y confronter. Mais vous verrez que si certains sont incontournables, d’autres peuvent être atténués, réduits voire évités. 

Entreprendre c’est prendre des risques, on est bien d’accord… Mais pas tous (on n’est pas fou).  

Pas de panique, nous allons vous délivrer le risque le plus foudroyant qui puisse frapper un entrepreneur (mais pas vous, puisque vous allez rapidement savoir comment l’éviter !).

Just keep reading.

Cartographie des risques

Comme vous pouvez le voir sur le graphique, certains risques (en rouge) peuvent être mortels pour les entrepreneurs. Mortels, car en cas de survenue, il vous serait impossible de couvrir les frais financiers engendrés (on parle d’un nombre comportant au moins 6 zéros). 

Cela aurait des conséquences graves sur votre business et des répercussions directes sur votre vie privée. Le risque le plus foudroyant est le dommage aux tiers. Il n’est pas très fréquent comme le sont par exemple les frais médicaux d’une visite chez le médecin, cependant les risques financiers associés sont colossaux. 

Mais le dommage aux tiers, qu’est ce c’est ?

“Quand on entreprend, le premier risque qu’on a identifié chez Easyblue, c’est de causer des dommages aux autres. On interagit avec plusieurs acteurs différents : des clients, des fournisseurs, des salariés… Et légalement nous sommes responsables de quelconques fautes causées à leur égard.”, explique François-Xavier Combe, fondateur d’Easyblue.

Vous avez renversé votre café sur l’ordinateur d’un client ? Vous avez bousculé et blessé quelqu’un par mégarde parce que vous étiez en retard pour un RDV ?

Cela relève de dommages d’ordre matériel et corporel, et est susceptible d’arriver à n’importe quel entrepreneur aguerri.

La loi nous oblige à réparer tout dommage que vous causez à autrui, en indemnisant la victime. Et oui, comme diraient les latins : “dura lex, sed lex” ! (la loi est dure, mais c’est la loi).

Sauf qu’un dommage corporel moyen coûte environ 400 000 €, et dès lors que vous avez votre SIRET en poche, vous n’êtes plus couvert comme un salarié peut l’être. Et pourtant, c’est un risque assurable. 

Depuis des années, François-Xavier Combe, CEO d’Easyblue, l’assurance digitale des entrepreneurs, constate qu’encore trop d’entrepreneurs n’ont pas conscience de l’importance d’être bien assurés. Ne pas se protéger, c’est parfois être confronté à des conséquences très graves. 

Alors comment rétablir un niveau de sécurité pour rester serein ? 

Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas la responsabilité civile vie privée qui s’occupe des frais. Que l’incident se soit produit chez vous ou dans la rue, vous étiez dans un contexte professionnel, c’est donc la responsabilité civile professionnelle (RC PRO) qui rentre en jeu.

Trop souvent et à tort, des entrepreneurs pensent que, parce qu’ils travaillent seuls depuis chez eux, ils ne sont pas exposés aux risques et ne se sentent pas concernés par la RC PRO.

Et pourtant, même si celle-ci n’est pas obligatoire, elle reste indispensable et fortement recommandée pour tout indépendant et entrepreneur. Gage de confiance et de fiabilité auprès des clients, elle est même rendue obligatoire sur certaines plateformes de freelance.  Il serait dommage de rater une belle opportunité, à cause d’un risque non couvert !

Les risques liés à votre prestation.

Vous avez délivré un défaut de conseil, une erreur professionnelle ou vous avez un retard accidentel dans votre prestation ?

Vous avez malencontreusement détruit un fichier important ? Ou à l’inverse divulgué des informations confidentielles ?

En cas de mécontentement, vous pourriez être attaqué par l’un de vos clients. Guess what ? C’est encore la responsabilité civile professionnelle qui vous protège. 

Toutes les compagnies d’assurance ne se valent pas. Il convient donc de bien faire son étude de marché, de trouver celles qui sont habituées aux entrepreneurs, et adaptées aux risques propres de votre situation professionnelle. 

Heureusement, le monde de l’assurance évolue et il existe aujourd’hui des courtiers digitalisés qui vous aideront à trouver l’assurance qui vous convient. Un gain de temps précieux par rapport à une assurance classique dont les délais sont généralement très longs.

C’est le cas par exemple de l’assurance digitale Easyblue, qui propose des formules sur mesure, simples et digitalisées, adaptées aux besoins des freelances et des entrepreneurs. 

“On considère l’entreprise comme un organisme vivant, dont les risques gravitant autour de l’entrepreneur sont des virus mortels, il est primordial pour nous de bien comprendre l’activité des entrepreneurs pour leur trouver la couverture adaptée” précise François-Xavier Combe, CEO d’Easyblue. 

Si vous n’êtes pas encore couvert par une RC PRO, ou que vous doutez d’avoir choisi la bonne assurance, nous vous recommandons de faire appel à un courtier d’assurance qui évaluera vos risques et vous proposera l’assurance la plus adaptée à vos besoins. Easyblue, élu partenaire privilégié des entrepreneurs, vous protège en moins de 5 min, avec une souscription 100% en ligne. Faites vous vacciner sur easyblue.io !

Pin It on Pinterest

Share This